La sauvegarde de la biodiversité : un enjeu majeur de l’échelle mondiale à l’échelon local

Au niveau mondial, l’ONU a adopté, en 2015, 17 Objectifs de Développement Durable (ODD).

L’objectif 15 concerne la biodiversité : « Préserver et restaurer les écosystèmes terrestres, en veillant à les exploiter de façon durable, gérer durablement les forêts, lutter contre la désertification, enrayer et inverser le processus de dégradation des sols, et mettre fin à l’appauvrissement de la biodiversité. »
La loi du 8 aout 2016 pour la reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages, apporte des réponses concrètes aux enjeux de la biodiversité et notamment la protection des espèces en danger, des espaces sensibles et de la qualité de notre environnement.

A l’échelle des territoires et des villes, la préservation de la biodiversité et la place de la nature sont devenues un enjeu central. Favoriser la nature contribue à rendre la ville agréable à vivre.

Ces objectifs sont renforcés par le Plan Biodiversité du 4 juillet 2018.

La politique de l’université Paris Nanterre dans ce contexte :

L’université offre à ses 36 000 étudiants et personnels un campus vert d’une grande qualité paysagère qui favorise la biodiversité : 10 ha d’espaces verts, soit 30 % de la surface totale. On y recense 850 arbres/conifères. On a observé 7 espèces d’oiseaux nicheurs dont un couple de faucon crécelle qui niche à la BU et une douzaine d’oiseaux de passage. Hormis les tilleuls le long de l’allée de l’université, on trouve sur le campus beaucoup de roquette et de mâches sauvages.


Arbre de judée, cercis siliquastrum et Millepertuis, hypericum hidcote, Allée de l'université

Les objectifs :

• Préserver et développer la biodiversité par des pratiques exemplaires de gestion écologique et d’aménagement durable du campus et de son paysage.
• Créer ou reconstituer des connexions écologiques avec le territoire
• Contribuer à l’attractivité de l’université et à améliorer la qualité de vie et d’accueil sur ses sites
• Favoriser et améliorer la conscience environnementale des étudiants, des personnels et des visiteurs.
• Offrir de nouvelles opportunités pour développer la biodiversité par la formation et la recherche.
• Valoriser l’engagement de l’université dans ce domaine.

Les dates repère :

• Mai 2016 : alors que la loi sur la biodiversité est annoncée, le président de l’université Paris Nanterre - Jean-François BALAUDE - intervient lors de la Semaine Européenne du Développement Durable sur le thème de la biodiversité et signe ainsi une continuité et un renforcement des préoccupations environnementales de l’établissement.
• Février 2017 : adoption par le CA d’une feuille de route.
• Juin 2017 : Signature de la charte régionale de biodiversité

A l’échelle de la région Ile-de-France, les enjeux de la biodiversité francilienne ont été clairement mis en avant. La préservation de la biodiversité concerne tous les acteurs qui peuvent s’engager en adhérant à la charte.

Signature de la charte « Objectif zéro phyto en Seine centrale urbaine » promue par le l’agence de l’eau Seine Normandie et la région Ile de France.

L'agence de l'eau soutient les projets ciblés sur l'eau et les milieux aquatiques nécessaires à l'atteinte des objectifs environnementaux fixés dans le Schéma Directeur d'Aménagement et de Gestion des Eaux (SDAGE). Ce sont des projets liés à la restauration des zones humides, le traitement des pollutions diffuses, l'érosion ... Ces actions favorisent le développement d'espèces et donc de la biodiversité.

Par son adhésion, l’université bénéficie d’un accompagnement et d’une aide financière pour une gestion plus écologique des espaces du campus. Cet engagement a également renforcé l’ancrage territorial de l’université autour de la biodiversité : 10 acteurs de la presqu’ile de Gennevilliers sont signataires avec l’université : Nanterre, Suresnes, Rueil, La Garenne Colombes, Colombes, Courbevoie, Gennevilliers, Asnières, Villeneuve la Garenne.
 

Linaire pourpre, Linaria purpurea 
et Merisier, prunus avium, Allée du carré central
 

Les actions :

Le premier jardin partagé sur le campus, à proximité de la bibliothèque universitaire : l’association Labbes l’a inauguré en juin 2015. Le jardinage y est pratiqué de manière collaborative entre étudiants, membres du personnel et riverains.
De nouvelles pratiques de gestion des espaces du campus ont été progressivement mises en place par l’atelier espaces verts comme le mulching, le paillage des plantations, la suppression du désherbage chimique en 2010, l’utilisation d’engrais bio. Depuis 2014, les jardiniers n’utilisent plus de produits phytosanitaires pour l’entretien des espaces verts.
Fin 2016, une aire de compostage des déchets verts du campus a été installée à l’arrière du Gymnase, côté rue de la Folie. Le compost est utilisé comme fertilisant.

De nouvelles plantations ont été réalisées :

Les murs du bâtiment ALLAIS sont végétalisés et fleuris (PHOTO Fleur de bignone), les espaces extérieurs du bâtiment Max Weber ont été plantés d’arbres, d’arbustes et de graminées.
Fleur de Bignone, mur végétalisé du bâtiment Allais et Mur végétalisé du bâtiment Veil, Allée de la gare
                       
Le campus compte des arbres remarquables : un don ville de Nanterre en 2014: un noisetier de Byzance (origine: Europe de l'Est,mesurant jusqu'à 15 mètres de haut, chatons en février/mars très appréciées des abeilles) et une quinzaine d’amandiers, des variétés anciennes, cultivée en bio. Plantés en 2016, à l’arrière de la MDE (variété Ai floraison tardive, arbre résistant au gel et aux maladies et variété Fleur en bas à floraison tardive, variété rustique, sa fleur est retournée et de ce fait craint moins les gelées) et au jardin partagé puis en 2017 à la résidence étudiante, ces jeunes amandiers s’inscrivent dans une dynamique de réintroduction sur le territoire de Nanterre portée par Guillaume Muller de l’association « Energie de citoyens », qui en a fait don à l’université. Autrefois, l’amandier était fréquent sur la commune. Le théâtre et des rues portent encore son nom.

Corylus columa Bertulaceae et Noisetier de Byzance, entre galerie et Allée de l'université Amandiers AI et fleur en bas, arrière de la MDE
 

Les études :

Le Plan d’Action Energie (PAE) a été réalisé entre mai 2014 et septembre 2015. Il a été construit sur une série de diagnostics effectués par le bureau d’étude SCE, dont le Diagnostic Urbanisme et Paysage Université Paris Ouest La Défense, août 2014.

Université et Biodiversité Améliorer et développer la biodiversité sur le campus de Nanterre – Stage professionnel, Master 1 Humanités et Management, Université Paris Ouest Nanterre La Défense - Cyprien Morel – Juillet 2016


Du sens et des principes pour formaliser une politique en faveur de la biodiversité – Stage professionnel, Master 2 Humanités et Management, Université Paris Ouest Nanterre La Défense - Cyprien Morel – Juillet 2017
Annexe 1 – Enquête sur les usages et les représentations du campus de Nanterre.

Cette enquête avait trois objectifs :

connaître les usages et les activités pratiqués sur le espaces du campus, y compris le week-end.
connaitre la perception et les représentations des espaces verts et de leurs aspects paysager, de la biodiversité du campus et de l’image qu’ils donnent de l’université.
déterminer les attentes par rapport aux pratiques du campus, à l’aspect esthétique, aux services écologiques et aux interactions avec la biodiversité.
 
Fleur de l'amandier AÏ, fin mars 2018, arrière MDE
 

La démarche « Objectif zéro phyto et gestion écologique des espaces » 2017/2018 :

Elle s’inscrit dans la dynamique territoriale «zéro phyto en seine centrale urbaine» et fait suite à l’adhésion de l’Université Paris Nanterre à la charte biodiversité de la région Ile-de-France signée le 31 mai 2017.

Les études qui en découlent sont réalisée dans une démarche globale de transition écologique de l’Université, plus particulièrement en terme de changements de pratiques de gestion des espaces et de préservation et développement de la biodiversité sur le campus de Nanterre, au bénéfice du territoire et des usagers (étudiants, personnels, visiteurs, voisins) :
  • Audit des pratiques d’entretien : février 2018
  • Plan de gestion différenciée : octobre 2018
  • Inventaire de biodiversité : octobre 2018
  • Analyse de sol
  • Présentation du plan de gestion différenciée et de l'inventaire de biodiversité: mercredi 10 octobre 2018
    Document de la restitution publique du 10 octobre 2018

La réalisation d’un premier inventaire de biodiversité (faune, flore) du campus de Nanterre permettra d’évaluer et de suivre dans les années à venir les impacts des changements des pratiques d’aménagement et de gestion des espaces extérieurs du campus, déjà initiés, et maintenant formalisés dans un plan de gestion différenciée.


Cet inventaire s’inscrit dans la politique régionale pour l’environnement et le cadre de vie des Franciliens en vue de favoriser une «Ile de France plus verte» ainsi que « la gestion, la restauration et la mobilisation des acteurs en faveur de la biodiversité ». Il est l’objet d’une communication interne et externe et d’une sensibilisation la plus large possible aux problématiques de la biodiversité en ville et dans la zone métropolitaine, vers la jeunesse et notamment les publics étudiants

Prélèvement de sol sur le campus en face du bâtiment Éphémère 1
 
  • Obention du label EcoJardin: décembre 2018
Depuis fin 2018, l’Université Paris Nanterre est le premier campus de France labellisé EcoJardin. Un label décerné au site dont le gestionnaire s'engage dans une démarche de gestion écologique et respectueuse de l'environnement.

Il répond à un cahier des charges qui s'articule autour de plusieurs domaines clés.
- Une planification et intégration du site à son territoire.
- Une connaissance, une préservation et une valorisation des sols, des ressources en eaux, de la biodiversité faunistique et floristique, une limitation de la consommation énergétique dans sa gestion et dans sa mise en valeur (éclairage, entretien…).
- Un accès à la formation pour les gestionnaires du site.
- Un travail de sensibilisation aux thématiques du développement durable et de la gestion écologique auprès des usagers du site.

Ce label est une reconnaissance des nombreux engagements pris par l'Université Paris Nanterre en faveur d'une gestion écologique de ses espaces extérieurs. Plusieurs partenariats avec des acteurs phares du territoire (l'Agence de l'eau Seine-Normandie, le Syndicat des eaux de la presqu’île de Gennevilliers, la Région Ile-de-France…) ont permis leur aboutissement. L'équipe de jardiners ainsi que les associations étudiantes présentes sur le campus, ont également été grand moteur de changements depuis 2010.

L'établissement s'engage aujourd’hui dans une politique d'amélioration continuelle de ses pratiques. De nouveaux chantiers sont à prévoir, comme la mise en place de signalétiques de sensibilisation à la gestion différenciée, de nouveaux ateliers de formation auprès du personnel gestionnaire, ou encore la plantation de haies mellifères pour les abeilles.
Il espère faire preuve d'exemplarité et donner l'envie à chacun de s'engager dans la gestion éco-responsable de leurs espaces.
 

Témoignages

Les espaces verts du campus permettent aux étudiants de récupérer entre les cours, et d’ainsi récupérer leur faculté d’attention.

Comme le montrent les témoignages de Jocelyn, venu « prendre ma pause-déjeuner, souffler un peu, décompresser en buvant une petite bière. J’en profite pour lire un peu, penser à autre chose qu’aux cours »,
De plus, ils sont plusieurs à saluer le bon entretien des espaces, à l’instar d’Anna « La pelouse est belle, sympa de pouvoir se poser, ça me donne envie de rester à la fac après les cours. » et d’Amandine « C’est bien entretenu quand même »

Marcello, un étudiant : « la biodiversité c’est les espaces verts, les énergies renouvelables, un truc de hippie quoi ! »
Extraits de l’enquête sur les usages et les représentations du campus de Nanterre, précitée.

Mis à jour le 20 juin 2019